Reportage - Bayonetta: les shodow gamers démasqués

Odéon le 1er décembre - Alors que l'ami Praska de VieDeGeek.fr se dore la pilule sous le soleil de Los Angeles, c'est sur moi qu'est retombée la "mission" de me rendre à cette mystérieuse soirée organisée par les Shadow Gamers. J'avais pour seule indication un mail et une adresse: Cavern Café, 21 rue Dauphiné Paris 6ème...




Arrivé au sous-sol du café, c'est une cave complètement aménagée que je découvre. Des écrans LCD tapissaient les allés et permettaient de s'essayer à un jeu sur console Xbox 360: Bayonetta! Et là, ce fût le déclic: toute ces vidéos teasing depuis plusieurs semaines vues sur différents blogs montrant les activités d'un groupe mystique de gamers jouant dans les Catacombes de Paris. C'était donc ça! Une opération rondement mené par le service communication de SEGA qui aura sû faire monter la sauce jusqu'à ce jour. Pour le coup, voici un petit rappel de ces vidéos teasing!

 




Et c'est donc au cours cette soirée que fût dévoilé le pot aux roses par cette dernière vidéo, nous annonçant l'arrivée tant attendue de la démo Bayonetta en Europe, téléchargeable sur Playstation 3 et Xbox 360 dès aujourd'hui le 3 décembre:


 

Petite soirée entre amis

 

Joueurs nos amis chez Sega, ils le sont tout autant pour ce qui est de mettre l'ambiance en soirée. Pour le coup, j'ai été particulièrement sensible au soin apporté par le cadre vraiment approprié au thème du jeu Bayonetta. L'ambiance n'avait pas été oublié puisque l'obscurité était illuminé par de petites bougies éparpillés dans toute la pièce et sur le comptoir du bar. Des perruques et des grosses lunettes noires ne demandaient qu'à être portés, nous transformant en Bayonetta d'un soir à notre tour. Quelques posters du plus bel effet étaient accrochés sur les colonnes porteuses. On distinguait même un étrange portrait fantômatique dévoilant une femme nue de dos dans un petit coin exigû. J'ai beaucoup apprécié l'aspect petit comité blogeurs qui régnait ce soir-là où j'ai croisé mes vieilles connaissances habituelles (Damonx, Uriel, Cripo, Antoine, Salomé, Mr Poulpe). Mais c'était également l'occasion de pouvoir discuter avec nos amis de SEGA France et sur leur passion du jeu. Un très bon moment donc agrémenté de petits fours exquis et de quelques cocktails maison à la mode Bayonetta pour l'occasion (un mélange de jus d'orange, jus de fraise, jus de banane et de liqueur de café: spécial mais pas mauvais).


Début de la chasse aux sorcières

 

Bayonetta: voilà plusieurs semaines que vous avez dû lire dans la colonne Actualité les news portant sur ce jeu dont j'attends beaucoup. Attente et Frustration: ce sont les deux mots qui me viennent à l'esprit lorsque l'on voit la magnificence des séquences de combats sur les vidéos et le fait de savoir que le jeu est déjà sorti chez nos amis nippons depuis le mois d'octobre dernier. L'éditeur joue donc sur nos nerfs, localisation oblige, en ne sortant le jeu qu'en janvier prochain. Mais cette attente va enfin prendre fin, enfin!


Bayonetta, c'est plus fort que toi!



Durant la soirée, j'avais ainsi la possibilité de m'essayer enfin à la version complète du jeu, intégralement francisé à l'exception des dialogues qui restent en français. Dès le lancement du jeu, je me retruve complètement hypnotisé par la fluidité de l'animation dont jouit Bayonetta. C'est tout simplement bluffant! A aucun moment, le jeu ne semble accuser le coup au niveau du framerate durant les combats en dépit du nombre d'éléments et d'ennemis à l'écran, tout du moins sur la version Xbox 360 testé ici. Vous disposez de quatre boutons de base: Y pour le poing, B pour le pied, X pour le tir et A pour le saut. Les gachettes L et R sont quant à elles affecter aux esquives. Des commandes simples à assimiler mais qui s'avèrent rapidement complexes à maîtriser ne serait-ce par le nombre impressonant de combinaisons possibles pour la réalisation des combos. On retrouve tout le savoir-faire "made in SEGA": proposé un faible nombre de boutons tout en privilégiant les combinaisons plus longues à assimiler  et complexes à maîtriser, nécessitant des heures et des heures d'entraînement pour arriver à un résultat satisfaisant (Virtua Fighter par exemple).


Otaku no Game

Le jeu fait irrrémédiablement référence à Devil May Cry par son gameplay et son ambiance survolté et gothique: normal vu que son géniteur n'est autre que le japonais Hideki Kamiya, père de la série DMC mais aussi Resident Evil 2 et 4. Une référence pour les gamers donc qui se ressent par les nombreux clins d'oeil et hommages fait par le développeur à la communauté otaku. que ce soit par les noms de certains personnages mentionnés durant le jeu renvoyant à des productions de Sega et Capcom, par des items disséminés tout au long de votre périple (anneaux de Sonic, boss à la House of the Dead, briques de Tetris, etc.). Un plaisir pour les yeux donc. Le côté sonore n'est pas non plus en reste puisqu'à limage du melting-pot graphique, les thèmes musicaux jonglent eux entre le hard-rock, les musiques d'églises et la J-POP!



Au final, Famitsu qui avait attribué un 40/40 au jeu à sa sortie au Japon semble avoir vu juste pour une fois: Bayonetta semble bien être la tuerie annoncée, le hit que les fans hard-core gamers attendaient désespéremnt à l'heure où l'on parle d'invasion du casual gaming. Avec une durée de vie et une difficulté particulièrement pimentée, seuls le splus accros parviendront à amener au bout du jeu notre sorcière à la chevelure abondante et aux poses extravagantes. Il ne me reste plus qu'à attendre le 8 janvier 2010 prochain,date de sortie en France du jeu, pour pouvoir me le procurer, d'autant qu'une version Climax collector pointe le bout de son nez par la même occasion.

Grand merci aux organisateurs, à Alexandra et l'équipe de Sega France pour cette soirée!



 

Rumeur: il semblerait que Miss Bayonetta pourrait nous rendre visite plus tôt que prévu du côté du 1er arrondissement de Paris. Une affaire à suivre de près. Plus d'infos la semaine prochaine!